passant

 

 

 

mine de plomb et feutre à encre de chine sur papier

40 x 50 cm

Je m’intéresse de façon récurrente aux lieux d’exposition, aux façons d’espacer entre eux les œuvres et les visiteurs. Une image, en particulier un portrait, incite le regardeur à se positionner en face, à être en vis-à-vis avec le sujet représenté. Ces portraits instaurent un autre type de relation : la cohabitation entre une image qui se dévoile et des regardeurs qui passent.

Chaque portrait se révèle selon l’éclairage, naturel ou artificiel, et la position du regardeur. Ce sont les reflets du crayon qui percent à travers l’écran de feutre, qui découvrent une identité, un visage caché.